Quand l’assurance emprunteur prend le pas sur le crédit immobilier !

Nous jouissons actuellement de taux de crédit immobilier très avantageux. En effet, les taux sont quasiment au même niveau qu’en 2019, année record. Chose extraordinaire, ceux bénéficiant d’un très bon dossier (situation financière et professionnelle stable, 20% d’apport minimum, épargne à disposition…), peuvent emprunter à 0,80% (hors assurance) sur 20 ans !

Point noir de cette situation inédite, l’assurance décès invalidité, obligatoire, ne cesse de croître dans le coût global du crédit. Cette assurance également appelée garantie DC/PTIA (décès / Perte Totale et Irréversible d’Autonomie) est une garantie que les banques exigent systématiquement à l’occasion de la souscription d’un prêt immobilier. Les dernières études du comparateur d’assurance Magnolia.fr montre que pour le dossier d’un quarantenaire, l’assurance fournie par la banque prêteuse dépasse les 102 % alors qu’en 2018, cette assurance n’était que de 74 % du coût global.

Pour un profil senior, une clientèle jugée à risque par les assureurs, l’assurance est passé de 110 % en 2018 à 174 % du coût global en 2020 ! Ce scénario pourrait se reproduire avec des profils beaucoup plus jeunes si les taux immobiliers venaient encore à baisser.

Comment faire pour payer moins ?

Afin de réduire les coûts, la solution serait de choisir son assurance prêt auprès d’un autre organisme. En effet il n’est plus obligatoire depuis la loi Lagarde de 2010  de prendre son prêt et son assurance dans le même établissement bancaire.. En effet, l’assurance emprunteur est un produit très rentable, les banques peuvent obtenir une marge comprise entre 50 et 80% sur ces contrats. L’UFC Que Choisir a récemment lancé une action en justice contre un grand établissement bancaire, car malgré des textes de lois sur le choix d’un assureur tiers, certaines banques font tout pour rendre impossible cette démarche. Certains établissements vont jusqu’à refuser de garantir le taux du crédit si l’emprunteur ne choisit pas le contrat groupé, ce qui est totalement illégal.

Le choix de l’assureur tiers

Lors du premier rendez-vous à la banque afin de réaliser une estimation du prêt, il est fait ce que l’on appelle une fiche standardisée d’information (FSI) c’est la première simulation de crédit immobilier. Ce document relate toutes les garanties que le prêteur demande pour couvrir l’emprunt (invalidité permanente, incapacité de travail temporaire ou définitive, décès, etc.), la FSI compte dix-huit critères. Le futur emprunteur peut ensuite se rendre chez un assureur extérieur. Le contrat proposé doit couvrir au moins onze des dix-huit critères de la banque prêteuse. Si la banque refuse, elle doit le mentionner par écrit et fournir des arguments solides puisque rappelons-le, choisir un assureur tiers est permis par la loi.

Quand l’assurance emprunteur prend le pas sur le crédit immobilier !
Partager